Terre de nos ancêtres n° 30

0 commentaires

Généalogies bénéventines, tome VI

 

Une étude de 160 pages, illustrée en noir et en couleurs, avec index alphabétique des conjoints.

par Pascal DURANDARD, AGL, 2008.

Familles AUBOUX, BECHADE, BOUCHER, CHABRERON, CHARBONNIER, COLLO puis COLLOT, COMBEAU, DELAFONT puis LAFONT, DESSET alias DESSAIX, DORDET, EVRARD, FOURIAUD, FOURJAUD alias FOURGEAUD, FRONTEAU, GARAUD puis GARRAUD, JEANNET, LACOSTE puis LACOTE, LACROIX, DE LA GRAVE puis LAGRAVE, DE MEILLASSOU puis MEILLASSOUX, MOREAU, NARDOT, PEY, QUEROY, TEXIER alias TISSIER, VINCENT.

 

 

Ce sixième volume des Généalogies bénéventines est consacré à des familles venues à Bénévent dans le courant du XVIIIe siècle et qui s’y sont établies sur au moins quatre générations. Un cas de figure qui concerne 24 familles, auxquelles a été ajoutée la famille Moreau, de Marsac, dont la filiation bien développée ne pouvait trouver place dans un autre volume.

L’origine de ces « migrants » est plus variée qu’on ne pourrait le supposer. Si la grande majorité concerne des familles venues des environs : Grand-Bourg, Marsac, Mourioux, Ceyroux, Chamborant, La Chapelle-Taillefert, Saint-Sylvain-Montaigut, les villes de l’ouest et du nord de la Creuse actuelle, comme Bourganeuf, Saint-Vaury ou Dun-le-Palestel, ont aussi apporté leur petit contingent. Cas plus originaux, Emery Collot, un limougeaud, et les frères Béchade, venus de Flavignac, représentent l’ouest du Limousin, tandis que Pierre Fouriaud était originaire de Salon-la-Tour, en Bas-Limousin. Deux autres nous portent hors des limites de la province : M. de La Grave était un Saintongeais des bords de la Gironde, les frères Charbonnier étaient eux originaires de Chalais, en Périgord.

Ces familles sont pour l’essentiel représentatives de deux grandes catégories sociales : celles qui, liées à la terre, changent de métairie, et celles qui viennent « en ville » pour y exercer une activité en rapport avec les besoins locaux. Ainsi Bénévent s’enrichit durant cette période d’un maître cordonnier, d’un aubergiste, de deux serruriers, d’un fendeur, de plusieurs menuisiers et plusieurs maçons, exerçant en alternance une autre activité. Du côté des élites, une dynastie de maîtres d’école et le procureur de La Grave.

Dans leur grande majorité, les individus venus à Bénévent y ont trouvé peu de temps après leur arrivée une alliance dans les familles locales, ce qui a contribué à les fixer. Les familles qu’ils y fondent enrichissent la population bénéventine de nouveaux patronymes, de nouvelles activités, et leur descendance sera parfaitement intégrée, au point que certaines d’entre elles y gagneront un poids important dans la vie publique de leur cité.


Nous rappelons que les travaux présentés dans cette publication sont le fruit des recherches personnelles des auteurs. A ce titre, ils ne sauraient être utilisés à des fins autres que privées à l’exclusion de toute diffusion sur Internet ou de toute autre manière sans autorisation préalable des auteurs et sous réserve que soient indiqués clairement les noms des auteurs et la source, en vertu de la loi sur la propriété littéraire et artistique (lois n°57-298 du 11/03/1957 et n°92-597 du 01/07/1992).


Titre : Généalogies bénéventines, tome VI  
Auteurs :  Pascal Durandard
Collection :  Terre de nos Ancêtres – n° 30
Editeur : Amitiés Généalogiques du Limousin, Limoges, 2008
ISSN : 1958-0959
Format : 21 x 29,5 broché – 160 pages
Prix : tarif normal : 45 euros, tarif adhérents : 35 euros (frais de port inclus)


Publié par AGL   @   15 février 2012 0 commentaires

0 Commentaires

Désolé, les commentaires sont fermés.

Cloude designed by Webdesign In conjunction with Free MMORPG Games , CD Rates , Fat Burning Furnace Trial.